Viandes, poissons, et leurs accompagnements
29 mars 2022

IRISH STEW

C'est « le » plat emblématique irlandais, connu de moi-même depuis au moins 1968, au temps où, pour nourrir de grands tablées de copains, on cuisinait délicieux pour facile et pas cher ! C'est une recette pour Pâques participant au défi de la Saint-Patrick.

 

IRISH STEW

IRISH STEW
Pour 6 personnes. Cuisson 1h30 en cocotte classique, 3/4 heure en cocotte-minute

• 1,5 kg de collier d'agneau • 6 gros oignons • 3 carottes • 1,5 kg de pommes de terre • sel et poivre • thym et laurier • persil • 1 bouillon cube de poule • 1 canette de bière Guiness

– Faire revenir la viande d'agneau coupée en tronçons et désossée (ou pas) avec un peu d'huile neutre, dans une cocotte. Saler et poivrer, retirer et réserver. Faire revenir les oignons émincés, puis les carottes découpées en rondelles. Retirer et réserver.

– Commencer le montage dans la cocotte : une couche de pommes de terre épluchées et découpées en quartiers, une couche de viande, une couche d'oignons et carottes et on recommence.

– Mouiller avec la bière et compléter à hauteur avec de l'eau chaude. Ajouter le bouillon cube émietté et le bouquet garni. Vérifier la teneur en sel et poivrer. Couvrir et laisser cuire 1h30.

Servir avec du persil frais, une bonne bière Guiness (avec modération, bien entendu!), tout en écoutant des airs irlandais.

 


07 décembre 2021

RÂBLE DE LAPIN CHASSEUR

Bien que j'ai trouvé dans la littérature enfantine un thème sur les lapins chasseurs de chasseurs (texte et dessins Philippe Corentin), ici c'est le mode de cuisson « chasseur » qui est mis à l'honneur ! Pour les amateurs de recettes qui rassemblent et réchauffent, un plat complet à servir sans modération !

lapin 2

RÂBLE DE LAPIN CHASSEUR
Pour 4 personnes

• 8 râbles de petits lapins • 2 belles carottes • 300 g de poitrine fraîche • 2 gros oignons • 2 échalotes • 2 gousses d'ail • persil • thym • laurier • 3 clous de girofle • huile • sel et poivre • 1 cuillère à soupe de moutarde forte • 20 cl de vin blanc sec • farine • 300 g de champignons de Paris • poignées de cèpes séchées • 4 belles pommes de terre

– Faire gonfler les cèpes déshydratées dans un bol d'eau tiède. Laver, équeuter et couper les champignons en lamelles. Les faire suer dans une poêle à sec.

– Faire revenir en cocotte les râbles auparavant roulés dans la farine. Après coloration de tout côtés, ajouter la poitrine fraîche coupée en lardons, les oignons, l'ail, le persil, les aromates et les carottes épluchées coupées en rondelle. Saler et poivrer.

– Bien chauffer le tout et ajouter le vin blanc. Laisser évaporer l'alcool pendant quelques minutes. Ajouter les cèpes et leur liquide et les champignons blancs, puis la moutarde. Ajouter les pommes de terre épluchées et entières.

– Ajuster le liquide à hauteur des viandes avec de l'eau bouillante. Faire cuire à feu doux pendant 1h.

PS : la photo de la cocotte sur le feu est nulle, mais le plat extra !

 

 

18 août 2021

MOUSSAKA

On trouve la moussaka dans les Balkans et au Moyen-Orient, parfois consommée froide. Considérée comme l'un des plats emblématique de la Grèce, allégée et simplifiée, ma recette ressemble à l'égyptienne, au bœuf haché. Certains, en effet, la cuisinent avec de l'agneau haché et une sauce béchamel qui l'alourdit considérablement. A vous de choisir !

MOUSSAKA 3

MOUSSAKA
Pour 2 personnes

2 aubergines • 200 g de bœuf haché • 1 boîte de 400 g de tomates concassées • 1 oignon • 1 gousse d’ail • thym • cumin • 50 g de fromage râpé (parmesan, emmenthal, comté...) • huile d’olive • sel et poivre

– Préchauffer le four à 180°.

– Laver et sécher les aubergines. Sur une plaque allant au four, recouverte de papier sulfurisé, étaler des tranches d'aubergine (environ 5mm), les saler légèrement et les huiler à l'huile d'olive. Mettre au four pour 50 minutes. A surveiller.

– Faire revenir la viande à la poêle, ajouter l'oignon et l'ail émincé et le thym, assaisonner de sel et de poivre. Verser les tomates et laisser cuire 15 minutes. Réserver.

– Préchauffer le four à 240°C.

– Dans un plat allant au four, déposer la moitié des tranches d’aubergines, verser la préparation à la tomate et recouvrir du reste de tranches d’aubergines, finir avec le fromage râpé.

– Enfournez 10 minutes et un peu au gril si nécessaire.

 

 

Posté par MK30 à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 août 2020

CASSOULET PARISIEN DU PLACARD ET DU CONGÉLO

Voilà tout-à-fait un plat de saison, mais laquelle ? Ce n'est pas précisé...
Trève de plaisanterie : je vous offre ici ma recette simplifiée de cassoulet toulousain, avec vrais haricots lingots secs et toutes sortes de viandes et saucisses. Il faut dire qu'il y a autant de cassoulets que de familles des régions de Toulouse à Castelnaudary, du Languedoc en général.

CASSOULET 1CASSOULET PARISIEN DU PLACARD ET DU CONGÉLO
Pour 6 personnes. A commencer la veille.

• 600 de haricots lingots sec • 125 g de lardons de poitrine de porc fraîche et nature• 300 g de sauté d'agneau (épaule, collier) coupé en morceaux • 3 cuisses de confit de canard • saucisse de Toulouse (6 petites parts de) • 2 saucisses de Montbéliard• 2 gros oignons • 3 gousses d'ail • 1 grosse carotte • bouquet garni : thym, laurier persil • 1/4 boîte de purée de tomates fraîches • 2 clous de girofle • sel fin • 12 grains de  poivre noir • chapelure

– Faire tremper les haricots dans un grand volume d'eau froide pendant la nuit.

– Eplucher la carotte et la couper en rondelles. Eplucher les oignons et l'ail et les émincer.

– Dans une casserole, disposer les légumes, le bouquet garni, les lardons, le poivre, les clous de girofle et les haricots. Couvrir d'eau froide, saler à mi-cuisson et cuire à feu doux et à couvert pendant 1 h 30.

– Dans une cocotte, faire chauffer 1 cuillère à soupe de graisse prise autour du confit, puis colorer les saucisses et les viandes sur toutes les faces. Couper ensuite les cuisses en 2 à la jointure, les Montbéliard en 3 morceaux.
– Égoutter les haricots et la poitrine, conserver un peu de bouillon. Recouvrir les viandes de haricots, verser la pulpe de tomate, et compléter à hauteur avec le bouillon. Laisser cuire à feu doux une vingtaine de minutes

– Pendant ce temps, préchauffer le four à 160 °C (th. 5-6).

– Parsemer le plat de chapelure puis enfourner pendant 15 minutes. Sortir le plat du four et briser la croûte, puis ajouter 1 petite poignée de chapelure. Répéter l'opération autant de fois que vous estimez devoir réduire le liquide.

Déguster aussitôt sorti du four.

 

 

14 juin 2020

BŒUF A LA CAMARGUAISE

Il ne suffit pas d'avoir vécu plus de 5 ans dans le triangle Nimes-Saint-Hipppolyte du Fort-Montpellier pour goûter toutes les spécialités locales, de la bourride sétoise à l'astète de cochon des Cévennes, en passant par les beignets d'acacias. La guardane ou taureau à la camarguaise, d'élevages AOC et non pas de courses, en fait partie ; je n'ai jamais eu l'occasion d'y goûter. Ce qui ne m'empêche pas de vous offrir une recette de bœuf à la camarguaise, le taureau étant assez difficile à trouver à Paris, recette dite simplifiée – il manque les anchois et le lard – mais prometteuse ! Si vous préférez le taureau, faites en macérer les morceaux la veille avec tous ses ingrédients, faites revenir la viande seule essuyée le lendemain et ajoutez la macération. Le résultat est excellent.

 

 

BŒUF CAMARG 3BŒUF A LA CAMARGUAISE
Pour 4 personnes

• 1 kg de bœuf à braiser (paleron, gîte-gîte...) • 500 g de carottes • ½ poivron rouge (facultatif) • 2 gros oignons frais • 1 gousse d'ail • 25 cl de vin rouge (faugères, côte du rhône...) • eau chaude • 2 cuillerées à soupe de farine • 1 cuillerée à soupe de fonds de veau • 1 feuille de laurier • thym • 2 clous de girofle • une quinzaine d'olives noires dénoyautées • 4 carrés de chocolat noir • sel et poivre

 – Dans une cocotte, de préférence en fonte, faire rissoler à feu vif le bœuf coupé en morceaux moyens, passés dans la farine. Ajouter les oignons et l'ail. Bien remuer et ajouter les carottes, le poivron rouge émincés, laurier, thym, clous de girofle, sel et poivre. Parsemer de fonds de veau.

BŒUF CAMARG– Mouiller avec le vin et laisser évaporer l'alcool. Puis ajuster le liquide en versant de l'eau jusqu'à recouvrir la viande.

– Ajouter les olives rincées et les carrés de chocolat. Couvrir et laisser cuire à feu doux de 2h30 à 4h suivant la taille des morceaux. Le bœuf doit être fondant.

Servir avec du riz camarguais nature de préférence ou des pommes de terre en robe des champs.

 

 

Posté par MK30 à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01 juin 2020

COUSCOUS TUNISIEN D'ORIGINE

Surprise, j'ai reçu hier mes premiers visiteurs depuis le début du déconfinement et c'était bon, dans l'air et dans l'assiette. Merci à Marie-Christine et Vladimir pour cette visite impromptue. Et comme, depuis toujours, je cuisine un plat tous les deux trois jours comme si j'allais avoir un invité, j'ai pu servir un couscous tout juste préparé. Sans le méchoui et les amandes aux oignons, mes commensaux furent ravis tout de même !
Je ne voudrais pas me répéter, mais il y a des plats dont la caractéristique est d’être identiques, tout en étant différents suivant les régions. Ils diffèrent par les viandes ou poissons utilisés, par les épices, par les légumes et par… le coup de main pour les réaliser. Je vous propose le couscous que je préfère, le "rouge"  de Tunisie, appris auprès de Hamadi Boularès, mon ami tunisien, lui qui avait l’autorisation de traîner dans la cuisine de sa mère, à Bab Souika, dans la Medina de Tunis. C’était dans les années 70. Depuis, j’ai ajouté ce qui me fait plaisir et qui vient d’ailleurs, comme le fond d'artichaut frais, cuit la veille et tout juste réchauffé dans le bouillon.

 

COUSCOUS TUNISIEN

couscous-royal-1Pour 10 à 12 personnes

• 1,5 kg de graine de couscous fine précuite • 1 kg de collier d’agneau en tranches • 1 poulet coupé en 8 sans la peau • 1 épaule d’agneau désossée et roulée • 500 g de bifteck haché • 24 merguez • 1 kg de pulpe de tomates en dés (boîtes) • 1 kg de courgettes • 1,5 kg de grosses pommes de terre fermes• 2 poivrons verts • 500 g de tomates • 2 petites boîtes de concentré de tomates •1 kg d’oignons • 1 kg de carottes • 1 kg de potiron • 1 chou vert • 500 g de navets • 250 g de pois chiches secs • 12 piments forts • 250 g d’amandes• 100 g de raisins secs • ras-el-hanout • 1 bouquet de persil plat • cannelle en poudre • cumin en poudre • coriandre en poudre • curcuma • 250 g de harissa fraîche • miel • beurre • huile d’olive • sel et poivre noir moulu et en grain • 30 g de farine de matzos ou 1/3 de baguette rassise trempée dans du lait • 1 œuf

– La veille, trier et faire tremper les pois chiches à l’eau froide, changer l’eau une ou deux fois. Les rincer.

– Le jour même, faire cuire l’épaule d’agneau confite au four pendant 6 heures  à 150°, après l’avoir enduite d’huile, de miel, de sel et de poivre moulu, de cumin et de cannelle et de coriandre moulues et poser des parcelles  de beurre sur le dessus. L’épaule prendra une belle couleur caramélisée. La retourner plusieurs fois et l'arroser souvent.

– Faire blanchir à l’eau bouillante pendant 5 minutes et éplucher les amandes. Faire tremper les raisins secs dans un bol de bouillon tiède.

– Laver et éplucher les légumes sauf le potiron. Couper les courgettes et les carottes en grosses rondelles, les navets en quartiers et le potiron en tronçons, les poivrons verts en lamelles. Blanchir le chou vert coupé en quartiers 5 minutes à l’eau bouillante salée. Laver et faire revenir les piments à la poêle sans les brûler. Eplucher et laver les pommes de terre et les couper en deux.

– Laver la viande et l’essuyer au papier-torchon. Faire chauffer l’huile dans un grand faitout ou, plus logique si elle est suffisamment grande, une marmite à couscous. Mais le couscoussier n’est pas obligatoire parce que j’utilise une méthode de cuisson de la semoule qui n’a rien de traditionnelle, comme vous le verrez plus loin.

– Faire revenir les tranches de collier d’agneau et le poulet coupé en 8 avec 500 g d’oignons émincés. Ajouter les tomates fraîches émondées et épépinées, coupées en quartiers, la pulpe de tomates et le concentré délayé dans un peu d’eau, et les pois chiches égouttés. Ajouter une cuillerée à soupe d’harissa. Mélanger et laisser cuire à découvert 8 à 10 minutes.

– Ajouter ensuite les légumes, sauf le potiron, les pommes de terre et les piments. Mouiller avec 1,5 litre d’eau chaude et ajouter les épices : du sel, une quinzaine de grains de poivre, 1 cuillerée à soupe de ras-el-hanout, 1 cuillerée à café de cannelle, 1 cuillerée à soupe de cumin, 1 cuillerée à soupe de coriandre. Couvrir et monter à ébullition. Ecumer si nécessaire. Laisser cuire 1 heure. 30 minutes avant la fin, mettre les pommes de terre. ¼ d’heure avant la fin, mettre le potiron.

– Pendant ce temps, faire revenir 250 g d’oignons à l’huile à feu doux, pour les rendre translucides. Ajouter les raisins secs égouttés, saler, poivrer et ajouter une cuillerée à café de cannelle et une de curcuma. Laisser cuire à feu doux pendant 30 minutes et ajouter les amandes. Eteindre le feu. Faire revenir les piments à la pôele avec un peu d'huile d'olive et laisser cuire quelques minutes à feu plus doux. 

– Pour la préparation des boulettes de bœuf, mélanger à la viande le persil ciselé, l’œuf entier, la mie de pain pressée ou la farine de matzos, un peu d’huile, sel et poivre, un peu de cumin. Bien malaxer à la main. Mouiller ses mains et faire de petites boulettes. Mettre un peu de bouillon dans une sauteuse et faire cuire les boulettes une dizaine de minutes.

– Piquer les merguez avec la pointe d’un couteau et les faire dorer à la poêle sans matière grasse. Vider régulièrement la graisse qui se dégage des merguez de la poêle.

– La semoule précuite : mouiller la semoule avec le même volume d'eau boulillante salée et laisser gonfler sous un torchon. Séparer les grains à la fourchette et, au moment de servir, passer au micro-ondes pour réchauffer en deux fois ou plus (3 ou 4 minutes). Séparer les grains à nouveau avant de servir.

– Pour dresser les plats : dans un grand plat de service disposer la semoule et dessus les morceaux de collier d’agneau et de poulet en alternance avec les merguez et les boulettes. Décorer avec les piments. Ajouter un assortiment de légumes et des pois chiche. Le reste ira dans un plat à part.

– Découper l’épaule confite en tranches et la disposer dans un plat. Mettre le bouillon et les légumes à part dans un plat creux. Réchauffer les oignons et les amandes, les verser dans une saucière et servir accompagné de coupelles d’harissa délayée dans un peu de bouillon.

Une variante : supprimer le chou et le remplacer par 6 petits artichauts violets, tournés (premières feuilles retirées, le fond éclairci, les feuilles restantes raccourcies d’un tiers, badigeonnés au citron et plongés dans le bouillon ¼ d’heure avant la fin de la cuisson. Coupez-les en deux avant de sevir.

 

 

 

23 mars 2020

PORC AU CARAMEL

Recette de Minh Tran Huy

Envie de saveurs asiatiques ? Essayez ce porc au caramel très rapide et facile à réaliser, avec peu d'ingrédients. Pour ce faire, faites comme moi et prévoyez des condiments et herbes fraîches surgelés, toujours à disposition.

 

PORC AU CARAMELPORC AU CARAMEL
Pour 4 à 6 personnes

• 800 g d’échine de porc • 200 g de poitrine de porc • 3 cuillerées à soupe de sucre • 3 gousses d’ail émincées • 1 branche de citronnelle • 1 noix de gingembre pelée et émincée (optionnel) • nuoc-mâm

– Tailler les viandes en morceaux de 2-3 cm, et les saler légèrement. Sur feu vif, faire fondre le sucre au fond d’une poêle, d’un wok ou d’une casserole, et chauffer jusqu’à ce que le caramel soit brun foncé, presque brûlé. Ajouter un demi-verre d’eau bouillante pour obtenir un sirop épais.

– Incorporer les morceaux de viande et faire revenir dans le sirop 20 minutes. Ajouter l’ail, le gingembre et la citronnelle à mi-cuisson. Si la couleur n’est pas assez foncée ou la viande pas assez laquée, ajouter un peu de sucre, et pousser un peu la cuisson.

– Au bout de 20 minutes de cuisson, ajouter 1 à 2 cuillerées à soupe de nuoc-mâm, vérifier l’assaisonnement, laisser caraméliser à feu moyen encore 5 à 10 minutes.

Servir avec du riz parfumé, et des légumes Wok de Picard, comme ici,  ou des champignons sautés. Avec un peu moins de sauce que moi, c'est aussi bien !

 

 

Posté par MK30 à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 mars 2020

GIGOT D'AGNEAU BASSE TEMPÉRATURE, EPICES, RISOTTO BROCOLIS POIVRON ROUGE

Simple à préparer, goûteux et coloré, ce plat de gigot d'agneau du dimanche et risotto fait la part belle aux épices.

GIGOT D'AGNEAU BASSE TEMPÉRATURE AUX ÉPICES

GIGOT RISOTTOPour 3 personnes

• I tranche de gigot de 500 g, huile d'olive • 2 cuillerées à soupe de cumin en poudre •  2 cuillerées à soupe de coriandre en poudre •  2 cuillerées à soupe de cannelle en poudre • sel et poivre

– Badigeonner le gigot d'huile d'olive, saupoudrer avec les épices de tous côtés. Laisser macérer pendant 2 heures.

GIGOT BASSE TEMPÉRATURE

– Préchauffer le four à 100°. Enfourner pour 3 heures en retournant et arrosant 2 fois . Servir bien chaud

 

RISOTTO BROCOLI POIVRON ROUGESRISOTTI BROCOLI POIVRON
Recette classique

• 1 petit bol de riz pour risotto • 1 tête de brocoli • 1 morceau de poivron rouge • 1 gros oignon • huile d'olive • 15 cl de vin blanc sec • eau bouillante + un bouillon cube de poule • sel et poivre • 1 cuillerée à soupe de curcuma • 2 cuillerées à soupe de crème fraîche • parmesanRISOTTO BROCOLI POIV 2

– Faire revenir les oignons émincés à l'huile d'olive, ajouter le brocoli lavé et dont on ne conserve que les fleurs coupées. Ajouter le poivron lavé et découpé en petits carrés.

– Laver le riz et le verser. Remuer pour le rendre transparent. Mouiller avec le vin blanc et laisser évaporer.

– Rajouter le bouillon cube dissous dans de l'eau bouillante pour couvrir le riz. Surveiller la cuisson d'environ 15 minutes et rajouter du liquide si nécessaire. En fin de cuisson, ajouter la crème fraîche et du parmesan rapé à volonté.

 

 

 

 

 

P { margin-bottom: 0.21cm }

29 février 2020

GOULASH À LA HONGROISE

Plat d'hiver par excellence et, comme son nom l'indique, directement arrivé d'Europe de l'Est, le goulash a la particularité de pouvoir se cuisiner aussi bien avec du veau que du porc ou du bœuf, un choix que j'ai complexifié en utilisant du veau et du bœuf. Le résultat est particulièrement réussi, la sauce généreuse, bien onctueuse sans apport de farines. Servie dans une assiette creuse, cette recette élémentaire est un régal de soupe, à préparer de préférence la veille du repas, ça n'en sera que meilleur !

GOULASH 3GOULASH À LA HONGROISE

• 500 g de veau (épaule...) • 500 g de bœuf (paleron...) • 80 g d'allumettes de poitrine fraîche • 2 gros oignons • 2 grosses gousses d'ail • 4 belles carottes • 1 poivron rouge • 1 poivron vert • 4 belles pommes de terre • sel et poivre • 3 cuillerées à soupe de paprika • 1 cuillerée à soupe de cumin en poudre • 1 feuille de laurier • 3 clous de girofle • 1 boîte de tomates pelées • 2 grosses cuillerées à soupe de concentré de tomates • 20 cl de vin blanc sec • 2 bouillon-cubes de bœuf dissous dans 600 g d'eau chaude • 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive • 3 cuillerées à soupe de crème fraîche • le jus d'un demi-citron (ou crème aigre)

– Faire chauffer l'huile d'olive dans une cocotte. Couper la viande en morceaux de 3 cm de côté environ. Les faire revenir de tous côtés à feu moyen. Ajouter la poitrine, les oignons et l'ail émincés.

– Ajouter les poivrons lavés, épépinés et découpés en lamelles, les carottes épluchées, lavés et coupées en tronçons. Saler et poivrer et ajouter le laurier, les clous de girofle, le paprika et le cumin. Bien remuer.

– Déglacer au vin blanc et laisser évaporer. Ajouter les tomates concassées, le concentré de tomates, bien mélanger et mouiller avec le bouillon préparé.

– Eplucher et laver les pommes de terre et les déposer dans le plat.

– Laisser cuire à feu doux pendant 2 heures (temps de cuisson en rapport avec la taille des morceaux de viande ; plus gros, laisser cuire pendant 3 heures).

–Retirer et, après refroidissement, mettre au réfrigérateur pour une nuit.

– Réchauffer, et incorporer la crème fraîche mélangée au jus de citron avant de servir.

Régalez-vous !

 

 

 

23 mai 2019

BŒUF AUX OLIVES...

... et tradition bouchère

En ces temps d’uniformisation des étiquettes, de leur simplification et ainsi de l’abétisation des consommateurs, je voudrais parler viande à ceux qui apprécient toujours d’en manger. En ces temp-là, quand Max, mon grand-père était boucher, sa vie de travail était partagée d'achats à La Villette, d’art de la découpe et du charme fait à ses clientes pour l’écouler. On trouvait aussi facilement des ouvriers-bouchers qui embrassaient la carrière, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. La vente était soumise à des règles strictes : pas d’abats en boucherie et pas de porc ni de cheval, uniquement vendus dans des boutiques spécialisées, les triperies et les boucheries chevaline. On voit souvent à Paris ces boutiques reconverties en commerce de vêtements en ayant gardé la façade, l'agencement et parfois même l’enseigne !

De l'art mais pas de cochon


La découpe aussi était réglementée, la quantité  de gras réduite au juste apport pour une bonne cuisson. Pour tous ces services, la clientèle savait varier les plaisirs, en choisissant des morceaux différents suivant l’usage, du bifteck dans le merlan, le rumsteak, l’araignée ou le faux-filet, du braisé dans le gîte-gîte, ou le paleron, du rond pour le steak hâché, de la tranche ou de la côte de bœuf pour le rôti, de la queue et de la poitrine avec os pour le pot-au-feu. Liste non exhaustive, sachant que la bavette est du ressort de la triperie. Tous ces morceaux débités bien entendu, à la demande.
Non seulement ces choix permettaient de varier les menus, mais aussi rendaient le métier rentable pour le boucher qui pouvait ainsi écouler sa marchandise, des morceaux nobles à ce qu’on appelle les bas-morceaux, sans pertes.
Aujourd’hui, les bouchers de plus en plus rares peuvent acheter des morceaux de viande pré-découpés, les bas-morceaux partant directement du négociant au hâchoir à viande pour la fabrication des hamburgers, graisse comprise. La découpe est mécanisée : on ne va pas tarder à trouver des côtelettes d’agneau au carré, sûrement plus faciles à cuire en poêle ! Et surtout, on trouve la viande découpée en tranches ou morceaux ce qui réserve parfois des surprises de fraîcheur.
Mon conseil : choisissez vos morceaux de viande en fonction de leur destination, exigez d’en connaître le nom et régalez-vous ! Je vous propose aujourd hui la recette du bœuf aux olives.

BŒUF AUX OLIVES

BŒUF AUX OLIVES


Pour 4/5 personnes

• 1 kg de bœuf dans le jumeau découpé en morceaux moyens • 1 oignon • 2 gousses d’ail  • 1 bouquet garni • ½ poivron vert • 250 g de petits champignons de Paris entiers • 200 g d’olives noires • 10 cl de vin blanc sec • 2 cuillerées à café de fonds de veau • 8 pommes de terre roseval

– Plonger les olives dans l’eau bouillante pendant 5 minutes et égoutter.

– Faire revenir le bœuf à l’huile d’olive de tout côtés. Ajouter l’oignon et l’ail émincés,  le poivron découper en bâtonnets et le bouquet garni. Laisser cuire cinq minutes, ajouter les olives et déglacer au vin blanc. Saler et poivrer et saupoudrer avec le fonds de veau. Mouiller à l’eau chaude à hauteur de la viande. Ajouter les pommes de terre.

– Baisser à feu doux et laisser cuire pendant 3 heures (1,5 h en cocotte-minute). Saupoudrer de persil frais avant de servir.